Institutionnellement fragmentĂ© en plusieurs provinces, le Pays Basque n’est pas dotĂ© d’une organisation politique commune. Il est divisĂ© en 3 entitĂ©s distinctes que sont la CommunautĂ© Autonome Basque, la CommunautĂ© Autonome de Navarre, et le Pays Basque Français, lui mĂŞme non reconnu officiellement mais imbriquĂ© dans le dĂ©partement des PyrĂ©nĂ©es-Atlantiques.

Le 21 octobre dernier ont eu lieu les Ă©lections autonomiques dans la CommunautĂ© Autonome Basque regroupant les provinces d’Alava, Biscaye et Guipuscoa. Ces trois provinces qui forment un gouvernement ont ainsi Ă©lu leur PrĂ©sident.
Ces Ă©lections ont Ă©tĂ© marquĂ©es  par le retour de la gauche indĂ©pendantiste, cette dernière Ă©tant illĂ©gale depuis 2003[1]. Le PNB[2] parti nationaliste et dĂ©mocrate-chrĂ©tien sort vainqueur de ces Ă©lections en obtenant 34 % des voix, ce qui lui octroie 27 des 75 sièges du parlement basque.  La gauche indĂ©pendantiste, sous la coalition EH Bildu[3] , arrive en seconde position avec 25% des voix soit 21 sièges. Suivent respectivement avec 16 et 10 sièges le Parti Socialiste basque et le Parti Populaire. Sous le contrĂ´le du Parti Socialiste depuis 2009 consĂ©quence d’une alliance contre-nature entre ce dernier et le PP, le poste de lehendakari[4] revient au PNB en la personne de Inigo Urkullu. Ce retour de la gauche indĂ©pendantiste a amenĂ© une recomposition de l’Ă©chiquier politique. Avec près de 60 % des voix et 48 des 75 sièges du parlement, les partis nationalistes sont les principaux gagnants de ces Ă©lections.

Dans la communauté autonome de Navarre, les partis nationalistes obtiennent des résultats moindres en comparaison avec la CAB.
En effet, lors des élections autonomiques de 2011, le parti Nafarroa Bai[5] (Na-Bai) obtient 15% des suffrages soit 8 sièges et la coalition EH Bildu 13% soit 7 sièges. Au total les partis nationalistes représentent 28% des voix.
En Navarre, le parti au pouvoir est l’UPN[6]. Ce parti de sensibilitĂ© de droite se caractĂ©rise par la dĂ©fense de l’identitĂ© navarraise contre le nationalisme basque. Il bĂ©nĂ©ficie de la plus grande implantation territoriale.

Le Pays Basque Français est le territoire dans lequel le vote nationaliste est le plus bas. Lors des élections législatives de juin 2012, la coalition EH Bai[7] obtient  9,8 % des voix. Le PNB quant a lui en récolte 0,8%.

Ces rĂ©sultats Ă©lectoraux mettent en exergue des contrastes importants du vote nationaliste dans les diffĂ©rents territoires du Pays Basque historique. Si la CommunautĂ© Autonome Basque est empreinte d’une forte implantation nationaliste, rĂ©unissant plus de la moitiĂ© de l’Ă©lectorat, il n’en est pas de mĂŞme pour la Navarre et plus encore pour le Pays Basque français oĂą le vote nationaliste est relativement marginal. En plus de ces disparitĂ©s territoriales tĂ©moignant de la difficultĂ© de la revendication indĂ©pendantiste, les divergences de points de vue au sein mĂŞme du nationalisme basque sont un obstacle Ă  surmonter : d’un cotĂ© la coalition EH Bildu s’inscrit dans une logique antilibĂ©rale oĂą l’objectif de l’indĂ©pendantisme est clairement affichĂ©. De l’autre, le PNB, de centre-droit, s’oriente plutĂ´t dans une logique autonomiste ne revendiquant pas de sĂ©paration totale du pouvoir madrilène. Ainsi, si le courant nationaliste exprime une rĂ©alitĂ© dans le panorama politique du Pays Basque, sa complexitĂ© rend sa concrĂ©tisation très alĂ©atoire.


[1]   IlĂ©galisation du parti pour sa proximitĂ© avec l’ETA, application de la Ley de partidos mis en place par  Jose Maria Aznar
[2]   Parti Nationaliste Basque
[3]   EH Bildu est une coalition composée de Sortu, le parti de la gauche indépendantiste, légalisé le 20 juin 2012 associé à  3 autres partis : Alternatiba, Aralar et Eusko Alkartasuna.
[4]   Président du gouvernement basque
[5]   Nafarroa Bai est une coalition formĂ©e par Aralar, PNB, et des indĂ©pendants de l’association Zabaltzen
[6]   UPN : Union del Pueblo Navarro
[7]   EH Bai est une coalition des partis Abertzalen Batasuna, Eusko Alkartasuna et Batasuna
Catégories: Monde europĂ©en